Il y a des années comme ça ! Celles de tous les dangers, celles de toutes les initiations. Il m'a fallu attendre l'âge de 36 ans pour avoir des problèmes à mon cucul. Je vous passerai les détails sordides concernant les maux qui m'ont préoccupé ces derniers temps, mais sachez qu'ils ont été suffisamment chiants (c'est le cas de le dire !) pour me décider à aller voir un proctologue (le spécialiste es maladies du fion).

Pour les ignares, je voudrais étaler ma culture avec délectation pour leur préciser d'où vient le mot proctologue.
En 1951, lorsqu'il fut question de donner un nom à cette spécialité médicale, plusieurs éminents scientifiques et linguistes français se sont réunis. Il y a avait là en particulier Irma de Pigalle, plus communément surnommée La Rousse et son mac le petit Robert. Plusieurs noms furent mis sur le tapis : anussologue, cacatologue, proctologue, fionologue, trouducologue… Après moultes tergiversations, le mot proctologue fut finalement choisi car, disait-on, il ferait plus sérieux que les autres dans un dictionnaire.

On l'a échappé belle ! Z'imaginez le genre de dialogues que l'on aurait pu avoir ?
- Tiens, allons déjeuner ensemble demain à 14h00 !
- Arf ! Peux pas… J'ai rendez-vous chez mon trouducologue.

Sans compter qu'un bègue dyslexique (ça fait beaucoup pour un seul homme mais ça doit exister) aurait sans cesse confondu "examiner avec plaisir le cacatologue des 3 Suisses" et "se faire examiner par son catalogue Suisse".

Je n'ai pas choisi mon praticien au hasard. Je suis plutôt du genre stressé sur les compétences du corps médical et préfère avoir à faire à Dieu plutôt qu'à ses saints. C'est pourquoi, après avoir relevé plusieurs noms de proctologues dans l'annuaire, j'ai été rechercher sur internet celui qui avait le plus de publications à son actif.
C'est ainsi que j'ai atterri dans un somptueux appartements du 6e arrondissement de Paris, en plein cœur de Saint-Germain-des-Prés, situé dans le même immeuble que la boutique Armani (boutique que je n'ai d'ailleurs jamais fréquentée – à mon regret – faute de moyens suffisants pour m'offrir le moindre mouchoir estampillé de la griffe de cet auguste créateur italien).

Après m'avoir interrogé sur la vie intime de mon cucul, sur ses us et coutumes et sur ses fréquentations, le médecin m'a examiné. Je tiens à rassurer tout le monde : NON cet examen ne se fait pas entièrement à oilpe (arrêtez de fantasmer) et NON il n'y a pas d'anesthésie !!! Le procto m'a simplement demandé de m'agenouiller sur la table d'auscultation, de baisser mon pantalon et… OOOOOOOOH AAAAAAAAAAAAH OUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII… Oups je m'emporte là !

Je ne suis pas pudique par nature, d'autant plus que cette position m'est assez familière… Il m'était donc indifférent de me retrouver cul nu dans la position du musulman en pleine prière (si vous visualisez pas je vous ferai un dessin).
Je ne suis pas pudique disais-je, mais je ne suis pas non plus exhib ! Et lorsque je m'aperçus que le rideau de la fenêtre du cabinet était à moitié ouvert et que tout l'immeuble d'en face devait avoir une vue imprenable sur mes fesses, je me suis senti quand même moyennement à l'aise...

Bref tout cela s'est terminé par un toucher rectal digne de ce nom. Je me suis senti soudain vieilli en me disant que ça y est ! Comme me l'a si bien rappelé le toubib : "Vous avez plus de 35 ans, il faut penser à surveiller votre prostate et votre colon". La prochaine épreuve sera donc une coloscopie…

Sinon, je n'oublie pas que je suis sur un forum pour ceux qui s'arrêtent de fumer. Donc quelques nouvelles de mon arrêtage du fumage. Celui-ci a pris fin après 3 mois de vie pure et saine. Mais les 80 kilos approchant (pour 1m76 et un poids de croisière de 65 kilos), il fallait réagir. Comme il m'était impossible de faire un régime et de ne pas fumer en même temps, j'ai décidé de reprendre la clope et de maigrir. Mais ce n'est que partie remise ! Dès que j'atteins les 65-67 kilos : je me repatche ! Et cette fois-ci, je ne jouerai pas le cakos en arrêtant les patchs au bout de 1 mois…

See you. I'll be right back…
Version originale et commentaires